Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?

Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Communiqués de presse sur les armes légères: LA CEEAC POUR UNE POLITIQUE COMMUNE FACE AU TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES

32,av.

    
  

La CEEAC, POUR UNE POLITIQUE COMMUNE FACE AU TRAITE SUR LE COMMERCE DES ARMES  La CEEAC (Communauté Economique d’Etats d’Afrique Centrale) a pris l’engagement de définir une politique commune visant à réduire, sensiblement, la circulation incontrôlée d’armes à feu à travers leurs territoires. Les Nations Unies ont convenu, le 30 octobre dernier,  d'un calendrier à établir un Traité sur le commerce des Armes (TCA) pour contrôler les transferts internationaux d'armes classiques.

Pour cela, Ndjamena, la capitale Tchadienne,  va accueillir du 09 au 13 novembre 2009, les Experts de la CEEAC en partenariat avec UNSAC (Comité Consultatif  Permanent des Nations Unies chargé des Question de Sécurité en Afrique Centrale), dans le cadre d’une réunion ministérielle.  Cette rencontre des Experts gouvernementaux qui se tient grâce à l’appui du Centre Régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement en Afrique (UNREC)  a pour but, d’examiner l’Avant Projet de l’instrument juridique sur le contrôle des ALPC (Armes Légères et Petit Calibre). La république du Congo sera présent à ces assises au même titre que le dix autres pays de la CEEAC, notamment  la République démocratique du Congo, le Cameroun,  le Gabon, le Rwanda, la Guinée Equatoriale, la République Centre Africaine, l’Angola, le Burundi, le Sao Tomé Principe et le Tchad. Le Forum pour la Gouvernance et les Droits de l’Homme (FGDH), en collaboration avec les organisations de la Société Civile d’Afrique Centrale œuvrant contre la prolifération des armes légères, saluent cette initiative d’importance majeure et accepte de se mettre autour d’une même table pour adopter une Convention commune sur les ALPC. Par ailleurs, nous sommes rassurés que cette convention va contribuer à la lutte contre le trafic d’armes à feu et également au renforcement de la coopération dans le domaine sécuritaire  et au développement de la Communauté. Le FGDH demande à la délégation congolaise de s’impliquer, efficacement, de telle sorte que la question des ALPC dans le pays soit  prise en compte dans ledit Projet. Dans le pays, notamment dans le département du Pool, des populations souffrent encore des effets dévastateurs de la circulation anarchique des armes ; précisément la violation de la dignité humaine et du droit à la vie. Le FGDH est  membre du Réseau d'action international sur les armes légères (RAIAL/ IANSA), le mouvement mondial contre la violence armée. IANSA est un réseau de plus de 900 organisations de la société civile qui travaillent dans 120 pays pour arrêter la prolifération et l'utilisation abusive des armes légères.  

Calendrier

« Mai 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Rechercher sur le site

Espace Membre